jeudi 2 mars 2017

Le château de Malmaison, la douceur et le bon goût impérial

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonapart

J'ai réussi ma vie quand j'ai transmis ma passion pour les châteaux à ma nièce de neuf ans. Celle-ci me harcèle pour visiter un château avec moi, et durant ces vacances d'hier, ce fut chose faite avec un magnifique château, raffiné et avec en plus une exposition de robes : la Malmaison. Demeure de Joséphine de Beauharnais, impératrice des français, on retrouve dans ce petit cocon toute la beauté du style Empire poussé à son paroxysme. Un pur bijou et avec une exposition de choix sur les tenues de l'époque appartenant à Joséphine ou sa fille Hortense. J'avais autant d'étoiles dans les yeux que ma nièce, on ne perd jamais son âme d'enfant dans ce genre d'endroit …


Au fil des articles, vous l'avez compris, j'adore visiter des châteaux. Des forteresses médiévales, des demeures classiques, des châteaux reconstruits au 19e … Bref, je ne suis pas une fille difficile. Grands ou à taille humaine, peu importe l'époque, un château a toujours une histoire à raconter ! Et ma nièce, je l'emmène depuis plusieurs années pour lui montrer la beauté du patrimoine de notre pays. Je l'ai emmenée notamment à Fontainebleau puis à Champs sur Marne cet été, où elle a pu voir la magnifique exposition sur les costumes 18e siècle. Alors nous avons poursuivi notre voyage dans le temps avec la Malmaison, où je savais qu'elle serait émerveillée. Et moi avec, il faut bien que je me fasse plaisir aussi …

Petit historique


Bien avant Joséphine, il existait déjà une demeure seigneuriale au 14e siècle, acquise en 1390 par Guillaume Goudet, sergent d'armes du roi Charles VI et resta dans sa famille jusqu'au 18e siècle. En 1771, le riche banquier Jacques-Jean Le Couteulx du Molay l'achète et sa femme y tient un salon littéraire où de grandes personnalités s'y rende, comme la peintre Élisabeth Vigée-Lebrun. Le 21 avril 1799, Joséphine de Beauharnais, devenue Joséphine Bonaparte depuis 1796, l'achète pour 325.000 francs, sans l'accord de son époux, sinon c'est bien moins drôle. A son retour de la campagne d’Égypte, Napoléon Bonaparte valide cet achat et en devient le propriétaire, demandant aux architectes Charles Percier et Pierre Fontaine de transformer la bâtisse au goût du jour. Le Consul y séjourne régulièrement, avant de préférer le château de Saint-Cloud en 1802. Joséphine adore cet endroit, il devient sa demeure principale et elle ne cesse d'embellir les lieux avec une décoration de bon goût, et de s'attaquer au jardin, avec notamment une roseraie. Quand le 15 décembre 1809, le couple impérial divorce, Napoléon laisse à son ancienne épouse les droits de la Malmaison, et elle passera son temps entre celui-ci et le château de Navarre (aujourd'hui disparu), et y reçut notamment la visite du tsar Alexandre 1e, avant de mourir le 29 mai 1814.

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte_Antoine-Jean_Gros
Portrait de l'impératrice Joséphine, Antoine-Jean Gros
Le château revient à son fils aîné, Eugène de Beauharnais, avant de revenir à sa veuve, la princesse Augusta-Amélie de Bavière, et le revend. Il passe entre les mains d'un banquier, puis de la veuve du roi d'Espagne, Marie-Christine de Bourbon-Siciles, puis elle-même le revend à Napoléon III. Après tout, il est le fils d'Hortense de Beauharnais, Joséphine était par conséquent sa grand-mère. Durant 1870, l'armée prussienne y installe une caserne et ravage l'intérieur. Racheté par la suite, une partie du parc sert de lotissement … Il faut attendre Daniel Iffla, dit Osiris, riche mécène, en 1896 pour que le château reprenne de sa superbe avant de le léguer à l'Etat français en 1903. Depuis 1905, il est ouvert au public.

La visite


Le château en lui-même reste à taille humaine, à peine dix salles à visiter au rez-de-chaussée et au premier en enfilade, plus un deuxième étage consacré en ce moment à l'exposition. Tout est bien sûr extrêmement bien décoré et on penserait presque à voir des personnalités aller et venir dans des habits style empire.

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Le rez-de-chaussée sert d'étage de réception. Dans le vestibule central, la visite commence par la droite avec les pièces de divertissement comme le salle de billard, le salon doré et le salon de musique. Restauré il y a peu, il a retrouvé son décor exécuté en dix jours à l'époque de Joséphine par l’ébéniste Jacob et le peintre Moench. Dans cette pièce, l'impératrice y accrochait des tableaux modernes, et il existait une galerie accolée au salon pour les maîtres anciens (cette galerie a été détruite en 1830). On y trouve aussi la harpe de Joséphine et le pianoforte de sa fille, la reine Hortense. Puis pour la suite de la visite, il suffit de repasser par les différentes pièces, retourner au vestibule tout en observant la salle sous un autre angle, et de continuer sa visite. Cette partie là a un aspect plus pratique. Il y a bien sûr la salle à manger, magnifique dans le goût pompéien (redécouvert au 18e siècle) avec ces peintures aux murs. La suite s'avère plus une sphère privée. Tout d'abord la salle du Conseil, servant à Napoléon Bonaparte pour ses réunions avec ses ministres. J'adore l'aspect « tente » avec les tentures au plafond. Mais ma pièce préférée de cet étage reste la bibliothèque. Tout en bois d'acajou, avec ces peintures au plafond, cette immense collection d'ouvrages et ce bureau avec siège tournant (quelle modernité ! ), on a envie d'y travailler. D'ailleurs, Napoléon avait un escalier dérobé entre cette pièce et sa chambre !

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Direction le premier étage, davantage axé sur la sphère privée. On y retrouve tout d'abord l'appartement de l'Empereur avec le salon, son cabinet et sa chambre. D'ailleurs, on voit que la chambre a été agrandie, il y avait deux petites chambres ! Les salles d'armes, Marengo et la salle Joséphine furent transformées pour y accueillir des salles d'expositions pour le musée. On y retrouve des objets personnels de Napoléon, les services à vaisselle de Joséphine … Autant d'objets intéressants pour comprendre la vie quotidienne à la Malmaison. Mais ce que je préfère reste l'appartement de l'impératrice Joséphine. Sa chambre d'apparat circulaire semblable à une tente, avec le lit orné de cygnes, dans un raffinement si exagéré qu'on comprend aisément qu'elle ne dormait pas là. Sa chambre « ordinaire » est bien plus simple et confortable, on y respire bien mieux. On passe aussi par son cabinet de toilettes et un joli petit boudoir.

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Andrea_Appiani_Eugene_Beauharnais_Vice_Roi_Italie
Portrait d'Eugène de Beauharnais en vice-roi d'Italie, par Andrea Appiani

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Francois_Gerard_Reine_Hortense_Beauharnais
Portrait de la reine Hortense, par François Gérard

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte

Chateau_Malmaison_Imperatrice_Josephine_Beauharnais_Bonaparte


Le dernier étage sous les combles contient encore la garde-robe de Joséphine dans de nombreux meubles en bois, à l'abri de la lumière. En ce moment, elle abrite l'exposition « Dans les armoires de l'impératrice Joséphine » avec tout un ensemble de pièces de vêtements comme des chemises de corps, des bas, des gants, des chapeaux, des châles, des chaussures … et évidemment des robes. Bien sûr, tout n'appartenait pas à Joséphine, mais aussi à sa fille Hortense ou encore à de grandes personnalités de l'époque, mais la beauté des broderies, la délicatesse des tissus rendent ces habits merveilleux. On imagine aisément le luxe de ces vêtements, surtout ceux de cour, et comment Joséphine a innové en matière de mode !










On ressort de l'exposition avec des étoiles plein les yeux. Tout d'un coup, j'avais envie de porter des robes empire, ce qui me changerait grandement des robes à paniers lors de la Journée Grand Siècle à Vaux le Vicomte !

Petit tour rapide dans le jardin, en février, les roses n'ont pas encore montré le bout de leur nez. On peut y voir une glacière, un petit pavillon d'été et le pavillon Osiris où est abrité la collection de Daniel Iffla, dit Osiris, ancien propriétaire du château. Il y a aussi un grand parc derrière le parking, agréable où se promener avec le château de Bois-Préau au fond, ayant aussi appartenu à Joséphine, apparemment fermé.


Château de Bois Préau





J'adore ce lieu, on s'y sent bien et j'adore davantage les châteaux à taille humaine. Et je suis ravie d'avoir pu faire cette exposition, toujours un peu au dernier moment. Si vous voulez la voir, dépêchez vous car elle finit le dimanche 6 mars ! J'y retournerais peut être aux beaux jours, surtout pour profiter des jardins et de la roseraie.

Avenue du Château
92500 Rueil Malmaison
6,5€

Et vous, connaissez vous ce château et/ou Joséphine de Beauharnais ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire