mercredi 13 avril 2016

13 avril 1946 : fermeture définitive des maisons closes



Je me rends compte que je parle assez peu de XXe siècle sur le blog alors que cela fait aussi parti de notre Histoire. Chose réparée aujourd'hui avec la fin de la prostitution légale, où les maisons closes, ou de passe, de tolérance … bref, ces maisons où il se passait des choses lubriques moyennant finance, qui ont connu leur apogée au XIXe siècle, voient leurs portes définitivement closes après une bataille acharnée avec une figure de proue : Marthe Richard. Retour sur ce jour où les prostituées furent mises à la rue …


Il y a bien longtemps qu'on n'a pas abordé le siècle dernier, depuis l'attentat deSarajevo qui a provoqué, par jeu de dominos, la guerre. Là, nous partons plutôt pour l'après-guerre, en 1946, où un tout autre événement va provoquer la stupeur des habitués et le soulagement de beaucoup : la fermeture définitive des maisons closes.

Tout d'abord, c'est quoi une maison close ? Oh, rien de bien compliqué : imaginez un lieu où des femmes (de préférence jeunes et belles) sont presque dévêtues à attendre qu'un homme les choisisse pour pratiquer la bête à deux dos contre rétribution. Paris est la capitale de la prostitution, on garde encore l'image d'une ville sensuelle et débridée, du moins certains touristes. Des maisons, il y en avait de toute sorte : des plus sordides dans le quartier de la Monjole avec des prostituées vérolées, trop âgées ou en piteux états, aux grands établissements de luxe comme le Chabanais ou le Sphinx, où de grands personnages se pressent de s'encanailler, comme par exemple le prince de Galles, futur Edouard VII et fils de la Reine Victoria, ou encore le jeune roi du Portugal, Charles 1e. Sans oublier des politiciens français, des artistes, des mondains … beaucoup d'hommes aiment se rendre dans les maisons closes pour avoir un peu de plaisir auprès de femmes qui séduisent et se donnent sans complexe, contrairement aux épouses qu'on a éduqué davantage à tenir une maison que son propre lit.

Il y a sans doute toujours eu des gens pour se révolter contre cette pratique. Mais dans un siècle où les conflits mondiaux se multiplient, difficile d'échapper aux maisons de tolérance et les fameuses filles à soldats. Durant la Première Guerre Mondiale, on voit se monter des maisons près du front, certains même avec des abris antiaériens ! Autant dire que la syphilis grouillait chez le soldats … Mais avec le krach boursier et les difficultés économiques, la prostitution de maison s'effondre aussi, les filles racolent aussi dans les rues, ne l'oublions pas. Durant l'Occupation, les allemands réquisitionnent certaines maisons pour leurs propres besoins. Hors de questions que des français vienent y mettre les pieds, et les filles ont toutes intérêt d'avoir une hygiène plus que correct ! Mais après la Seconde Guerre Mondiale, une femme reprit son combat : Marthe Richard.

Mais qui est cette femme ? Fille de parents pauvres destinés à devenir couturière à Nancy, elle est interpellée à 16 ans, en 1905, par la police des mœurs, entrain de racoler, fichée dans le registre national de la prostitution, elle tombe sous le coude d'un proxénète qui l'envoie dans un bordel à soldats. Renvoyée pour cause de syphilis, elle part à Paris où elle épouse Henri Richer, riche industriel avant la guerre. Le catin devient bourgeoise et entame une vie passionnante, devenant aviatrice. Veuve de guerre, la voici soi-disant espionne durant un temps avant de s'assagir en épousant un anglais, Thomas Crompton dans les années 20. Engagée dans les Forces françaises de l'intérieur, elle résistera (un peu moins qu'elle le dit) contre l'opposant allemand. En 1945, elle devient conseillère municipale du 4e arrondissement de Paris. C'est là qu'elle entamera son projet.



Ce 13 avril 1946, l'hémicycle est à trois quart vide, aucune opposition ne vient troublé ce vote. Il faut dire que l'élue a un argument imparable pour la fermeture : bon nombre d'établissements collaboraient avec l'occupant allemand. Autant dire que cela faisait davantage foi que la prostitution en elle-même. Mais n'était-ce pas pour servir ses intérêts ? Plus que la loi en elle-même, l'article 5 qui supprime la fichier national de la prostitution est son cheval de bataille et elle veille à ce qu'il soit bien accepté. Elle qui a passé sa vie à demander à être rayée de ce registre, ce fut plutôt elle qui le raya !

Le temps de mise en place, les fermetures effectives ne commencèrent qu'à partir de novembre de la même année. Si certains établissements se reconvertirent en hôtels, beaucoup mirent la clé sous la porte, entraînant de grandes ventes aux enchères de boiseries, de mobilier. Le Chabanais, entre ses œuvres d'art, ses meubles (dont une baignoire appartenant au prince de Galles en forme de conque avec cygnes et cariatides), fauteuils et boiseries, est estimé à plus de 600.000 francs ! Bien sûr, cela ne change rien à la prostitution en elle-même : les filles racolent dans les rues, au bois et des lieux clandestins se créent …

Une loi crée donc pour le caprice d'une femme qui voulait voir son nom disparaître d'un registre honteux ? Oui, bien plus que la nécessité de fermer ces endroits, sauf peut être pour les plus crades d'entre eux, qu'on appelait des maisons d'abattage. A l'heure où on se demande si cela ne serait pas une mauvaise chose d'en rouvrir pour lutter contre le trafic d'êtres humains dans les rues, on se demande si les lois sont vraiment votées pour les bonnes raisons ! Quoi qu'il en soit, l'image de Paris avec ses maisons closes feutrées et ses belles françaises sensuelles et si désirables font toujours fantasmer l'imaginaire !


2 commentaires:

  1. Hey !
    Un article très intéressant et qui fait réfléchir. C'est vrai que la prostitution est un thème délicat, et quand on voit le nouveau débat du gouvernement concernant la dépénalisation du Cannabis, pour éviter le marché noir, je me mets à rejoindre ton avis, concernant la possible réouverture de ces maisons. Ça éviterait le trafic, ça contrôlerait un peu mieux, mais bon... C'est un débat à ouvrir !

    http://emiliaisa.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le thème est délicat, je peux comprendre les personnes qui sont contres. A la base, les maisons closes étaient des lieux d'hygiène (sauf pour les maisons d'abattage). Quand elles ont fermé en 1946, la prostitution de rue était largement répandu, plus que les maisons ! C'est un débat intéressant, c'est certain :)

      Supprimer